15 juin 2010

[Com'] Bleu durable

Depuis deux mois, le Comité Régional Porcin de Bretagne orchestre une campagne d'affichage "haute en couleurs", présentant les éleveurs comme des "acteurs durables". Un jeu de 4 affiches + 4 messages associées à un site, présentant "les facettes de leur métier souvent méconnu".  L'une d'entre elles propose un rapprochement bleu/durable. Un cas d'école sur le thème de la couleur et du sens d'une communication visuelle.




La sémiologie - sens des signes - des couleurs est une composante basique et intéressante de la publicité et du marketing. Si l'on peut certes en discuter en la soumettant à notre subjectivité et à nos goûts personnels,n associée aux sciences humaines, ethnologie, sociologie, linguistique, elle relève bien de la culture, de l'histoire et de l'imaginaire collectif. Enfin, plus simplement, elle est affaire de bon sens. 

Que dit-on du bleu ? 
Brièvement. Couleur froide, le bleu représente la tradition et le conservatisme. La sérénité ? En effet, elle serait la couleur rassurante par excellence. On parle de sang bleu pour la royauté, de fleur bleue pour le romantisme, mais de blues pour la mélancolie. Le bleu serait en outre masculin, à contrario du rose. Elle est également la couleur préférée des Occidentaux. On observe enfin que le bleu est la couleur la moins présente dans la nature, tandis que la planète Terre apparait bleue depuis l'espace.

Mais de durable, il n'est pas question. Car, à durable  nous répondons spontanément vert. Vert. Le vert  privilège de la nature, de l'environnement, de l'écologie. Sans être esclave des codes - bien sûr que non -  en tenir compte, a minima, permet de garantir l'impact d'un message. Plus qu'un talent fou, il faut un sacré contenu, la preuve par les actes, un travail de longue haleine, ainsi qu'une remise en question en profondeur pour transgresser les codes.

Au fond, tout cela n'est pas très grave, disons que ce n'est qu'une maladresse. Un détail au regard du contentieux qui existe entre la Bretagne et ses "cochonniers". Il est tel qu'il faudra bien plus qu'une campagne d'affichage, y compris la meilleure, pour revenir à des relations de confiance. Qu'il soit bleu ou vert ou jaune à pois roses, le durable ne se joue pas en 4 par 3.



Nota bene #1 : Une opération de communication n'est jamais anodine. Correctement planifiée, elle se veut opportune. Celle de l'éleveur de porcs breton essaierait-elle de faire passer la pilule que représente l'amendement déposé par les députés Le Fur et Le Guen, qui permettrait de relever le seuil de la taille des porcheries soumises à étude d’impact de 450 à 2000 places ...? Hasard de calendrier ?

Nota bene #2 : Simultanément, l' INTERBEV (Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes) fait la promotion du boeuf,  énergie vitale, essentielle et responsable. N'en jetez plus !

1 commentaire:

  1. et pis, ma bonne dame, y'a bleu et bleu et là il s'agit d'un cyan (ou presque) et on m'a dit à l'école d'éviter d'utiliser une des 3 primaires car ça fait toujours un peu cheap. ça fait graphisme fait à la va-vite par l'imprimeur, tout ça tout ça. et je pense qu'on avait pas tord

    RépondreSupprimer